Pôle solidarité

Être attentifs aux situations de détresse

Le service de la vie des Hommes, en particulier les plus modestes, service décliné en solidarité, justice, générosité, est l’un des trois piliers de la mission de l’Eglise avec l’annonce de la Parole et la célébration des sacrements.

Le pôle Solidarité n’est pas une organisation caritative supplémentaire. Il est “veilleur”, impliqué, soucieux de l’attention aux frères et attentif aux “situations de détresse”. Il tente de donner une réponse à une situation d’urgence par la mise en réseau (lien avec les autres organisations compétentes).

Sœur Marie-Jo, Patricia, Fidel et Christophe ont été appelés pour constituer le pôle Solidarité sur la paroisse Saint-Barthélemy en 2015.

Nous avons commencé par nous présenter dans chaque église afin que les paroissiens sachent ce qu’est le pôle Solidarité et nous identifient. Nous avons aussi rencontré le Secours catholique, le CCFD-Terre solidaire, les Petits frères des pauvres, des familles qui hébergent des migrants…
D’autres rencontres suivront. Nous avons accompagné une famille de nationalité étrangère qui souhaitait se rendre à l’église le dimanche et continuons de prendre de ses nouvelles. Nous évoquons régulièrement la situation des migrants, nous sommes interpellés, nous réfléchissons actuellement sur la façon dont nous pouvons y apporter notre contribution.

Nous nous retrouvons aussi avec les pôles Solidarité de la zone Vignoble (Aigrefeuille, Clisson, Le Loroux et Vallet) pour partager nos expériences et mettre en avant des projets. Avec eux, plusieurs rencontres ont été proposées à la population :
– Une réflexion sur la solidarité autour des “quinze propositions pour une France plus solidaire” (à l’initiative du CCFD-Terre solidaire et Oxfam).
– Une autre sur “Quel dialogue pour un vivre ensemble entre agriculteurs et néo-ruraux ?”.
Le pôle Solidarité contribue à tenir la communauté paroissiale en éveil sur les problèmes de société liés à la solidarité. Comme l’a écrit Mgr James dans une lettre : “Si tant de nos contemporains vivent une disponibilité aux plus petits sans être chrétiens, à l’inverse, il n’est pas possible de se dire chrétiens sans être au service des plus vulnérables